Quand le mental en prend un coup

Hello les filles !

Pour celles qui me lisent aussi sur mon autre blog, désolée je vais un peu me répéter.

En ce moment je vis une sorte de mini-dépression suite à une petite blessure. Lors du semi-marathon de Paris je me suis faite une petite tendinite au tendon d’Achille qui m’a contrainte de lever le pied et stopper le running pendant 1 mois.

Un mois ce n’est rien, mais pourtant ca suffit pour se sentir mal.

Pourquoi la blessure joue sur le moral ?

Je ne suis pas psychologue mais je pense avoir une petite idée sur le sujet. Quand je cours je me sens libre. Invincible.
Les endorphines m’aident beaucoup à me sentir aussi bien….

Et logiquement, le fait de ne plus courir, et donc de ne plus libérer d’endorphine dans mon corps, fait que je me sens moins bien.

Comme déprimée…

C’est assez mathématiques tout ça et donc parfaitement logique. On est en manque !

Bon heureusement si on écoute attentivement les consignes de son médecin, tout rentre dans l’ordre à peu près rapidement. Et bien souvent, une blessure de running ne nous empêche pas de faire autre chose, comme du renforcement musculaire ou de la natation.

Pourquoi la reprise est difficile ?

Une fois rétablie, la reprise doit être progressive. Sauf que pendant le temps où nous avns été blessée, nous avons aussi été frustrée. Du coup on n’a qu’une envie : repartir courir comme en 40.
Sauf que non, grosse erreur à ne pas commettre !

Il faut reprendre vraiment progressivement,  tout en surveillant une éventuelle douleur. Dans ce cas, n’hésitez surtout pas à ralentir la cadence.

Par exemple j’ai repris mes runs d’abord par 2km (quelle frustration), puis 3km 2 jours plus tard (mais quelle  frustration !!!).
J’attends Dimanche avec impatience, je vais tenter les 6km (youhouhou c’est la fête) !

Le moral en prend donc un coup, déjà parce que vous êtes obligée de vous freiner pour ne pas vous blesser à nouveau. Votre blessure est récente et peut-être pas suffisamment consolidée.

Mais il en prend un coup aussi parce que vous avez peur de la blessure. De la douleur soudaine…
Vous n’êtes plus vraiment ce runner libre que vous étiez avant votre 1ère blessure. A cette époque vous courriez sans vous soucier de tout cela. Les blessure ce n’était pas pour vous… Et pourtant…

Avec le temps j’imagine qu’on arrive à surmonter plus facilement la « dépression » post-blessure. Mais pour le moment c’est encore difficile. L’idée est de surtout apprendre comment NE PLUS se blesser !
Ca sera l’objectif de cette année. Apprendre les bon gestes, la bonnes foulées, suivre un bon rythme…

En m’entourant des bonnes personnes je pense que ce devrait être facilement atteignable.

2 commentaires sur Quand le mental en prend un coup

  1. Meme objectif pour moi, ne pas me blesser, m’écouter sans trop devenir non plus inquiète au moindre truc, et s’entraîner comme il faut en ajoutant quelque exercices de proprioception et pliometrie et meme dès éducatifs de CAP mais faut que je fasse quelque recherche là dessus encore.
    Bref mieux et plus avec des objectifs réalisables à mon niveau.
    Courage la pêche va revenir

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*