L’Urban Trail de Nîmes 2016

Hello les filles !

Aujourd’hui un compte rendu de l’Urban Trail de Nîmes qui a eu lieu Dimanche 21 Février. J’avais été conviée à la course par Odlo, mais pour des raisons de distance, d’hébergement, bref de logistique, je n’ai pas pu m’y rendre. Du coup j’y ai envoyé 2 reporters de choc pour vivre cette course de l’intérieur et pour surtout tout nous raconter !

Cette édition était la toute première de cette course. Une course donc en « petit » comité. Une ambiance un peu « intimiste ».
Deux parcours étaient proposés pour cette première édition du Nîmes Rrban Trail à des prix vraiment très raisonnables (12 € et 16 €) :

  • un parcours de 10km
  • un parcours de 25km

J’avais donc 2 superbes reporters pour cette courses :

  • Anne qui a couru le 10km
  • Emilie qui a couru le 25km

Merci à vous les filles de vous êtes prêtées au jeu. Voici leur compte rendu :


Anne, premier trail, préfère courir sur le goudron

« Le départ a été dur car ça a bouchonné au bout du 2eme kilometre vu que le parcours passait par des endroits très étriqués (1m de large a peine).

Les premiers 5 km sans problème : les montées se font sans aide, le rythme est bancal, le fait de s’arrêter et de reprendre en montée c’est pire que le fractionné.

Au 8eme kilomètre, on voit les escaliers et on se demande quand est-ce que cela va s’arrêter.
Le 9eme kilomètre, la montée se termine, on redescend. On entame la dernière montée, la Tour Magne. Puis des escaliers biscornus avec  une marche tous les mètres.

Le plat arrive, je reprends mon souffle, la montée va suivre et elle est raide jusque la tour, j’y vais en me disant que après ça descends et que je vais récupérer, les dernières marches arrivent, la ligne d’arrivée n’est pas loin.

Je passe la ligne et je me dis c’est fait !

C’était une superbe expérience  À refaire l’année prochaine même si il y a eu des couacs. C’était le premier Trail de Nîmes. Il sera mieux l’année prochaine 

Je suis contente de l’avoir fait et de finir avec le sourire ! »

 Nîmes Urban Trail Nîmes Urban Trail Nîmes Urban Trail Nîmes Urban Trail


Emilie, « goudronneuse » pure et dure, bébé runneuse

« Le compte à rebours commence avec la musique de Il était une fois dans l’ouest, l’ambiance est là, le ton est donné, 3-2-1-0 c’est parti…
Le dédale dans les rue pavées de Nîmes, passage dans les arènes, on sort rapidement de la cité Romaine pour s’engager sur les hauteurs. 

On est stoppé au kilomètre 5, on s’interroge, c’est trop étroit on passe pas… Tout doucement on s’extirpe, l’occasion de marcher quelques instants.

Les 1ers signes de fatigue arrivent dans les guiboles, les montées et les descentes s’enchainent, il n’y a plus de répit, il faut être bon dans la relance, je sens que ça va être dur…

On est de nouveau stoppé, cette fois c’est l’arrêt complet. Quasiment 1h30 de course, j’arrive presque à mon temps maximum de course, je n’ai jamais couru plus de 1h55, mon 1er semi en off…
Cet arrêt est trop long, on ne marche même pas, je sais que je vais avoir du mal à me relancer.
Je reste motivée mais je commence à avoir soif et pas de ravito sur le trail. Optimiste je me dis que ça va le faire, il me reste 20cl d’eau. 10′ plus tard on est reparti. On descend dans les bois grâce à une corde, limite du rappel sur la roche c’est excellent !

On est dans le bois des Espeisses, ma montre affiche 16km, j’ai soif, je me sens étourdie, je craque, le moral lâche, je suis inquiète… 

Aujourd’hui ça passe pas. Impossible ! je ne peux pas et je ne veux pas abandonner.

Je m’arrête et m’oblige à marcher, je sors ma barre de céréales, j’ai plus d’eau.. Je marche près de 500m. Je repars doucement le sucre m’a fait du bien. Et là je commence à positiver
Allez bichette si la montre indique presque 17km elle est pas a la bonne distance un monsieur me dit qu’on a eu plusieurs décrochage GPS dans les grottes et que le parcours est raccourci d’1km à cause de l’état d’urgence, nous ne passerons pas par la Légion Etrangère.

OK OK alors il reste 4km, 30mn à tout casser avec le dénivelé, tu peux faire ça ? TU PEUX FAIRE CA ! lâche pas, lâche pas, je me coach, c’est dur.

Une vieille dame m’applaudit et m’appelle par mon prénom, ça me fait un bien fou, je traverse un éboulis, et là que vois je…. Une fontaine ! De l’eau fraîche, un mirage ? Non ! Elle est bien là !!!

La sortie du bois est proche, nos pieds retrouvent le goudron.
Les spectateurs nous crient que c’est la dernière côte, les encouragements se font de plus en plus fort, j’entends au loin un homme au micro, des cris, de la musique, je réalise que nous sommes arrivés, il reste 1km environ.
La montée me freine, je ralentis, j’allais marcher quand je sens un bras m’attraper et un jeune homme me regarde et me crie « NON lâche pas on va finir ensemble courage miss »

J’avais juste besoin de ça, c’est dur de courir seule ! On a finit la course ensemble,  passé la ligne ensemble on s’est remercié !

Une chose est sure… c’est que je serai sous l’arche Odlo, dos aux arènes pour la 2de édition du Nîmes Urban Trail 2017 ! »

Nîmes Urban TrailNîmes Urban Trail Nîmes Urban Trail Nîmes Urban Trail

Deux beaux récits qui me font regretter de ne pas avoir été là ! Peut-être que l’an prochain je serai moi aussi sous l’arche Odlo pour le départ de la 2eme édition du Nîme Urban Trail !

2 commentaires sur L’Urban Trail de Nîmes 2016

  1. C’est le premier urban trail de ma ville! Mon mari a fait le 25km. Il y a eu qq couacs (les arretes intempestifs pour cause d’étroitesse des passages ) mais l y avait une bonne ambiance. L’année prochaine, j’espère ne pas travailler et pouvoir courir le 10km!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*